Attention: sexomaniaques!

sexomaniaquesPratiquement toute femme a rencontré une fois un homme très persistant et insolent – quelques minutes après la rencontre tu as l’envie de t’enfuir sinon il allait se jeter sur toi pour te faire l’amour sur le sol même. Même si cet homme t’intéressait, quelque temps après les discussions autour des relations sexuelles, et allusions coquines constantes, tu te sens dégoûtée.

Diagnostic
Les savants canadiens ont réalisé récemment des études et ont conclu: il existe une maladie psychique appelée la sexomanie.

Les sexologues éminents s’alarment: le nombre d’adultes avec ce trouble psychique monte rapidement. Les psychologues comparent cette maladie à une dépendance à alcool ou aux drogues. Le « sexolique » a toujours envie d’augmenter « la dose » ce qui se traduit dans les relations sexuelles occasionnelles, les fantaisies jour et nuit, la dépression et la perte de contrôle sur son comportement.  Nombre de malades

Les sources différentes donnent des chiffres divers, d’habitude c’est 3-5% de la population adulte. Parmi ces gens les pédophiles sont plutôt rares, ce sont les personnes sans déviations sexuelles, leur orientation sexuelle est traditionnelle ou homosexuelle avec des fantaisies permanentes. La chose en commun – le désir constant de faire l’amour ce qui provoque un tas de soucis. D’ailleurs 75% des malades sont des hommes.

Cours de la maladie

En général la notion de l’obsession sexuelle est introduite dans la science dans les années 1980 par l’Américain Patrick Kearns. Il a parlé du sexe socialement et culturellement non-approuvé, des soi-disant paraphilies.
Selon les schémas de Kearns, le « sexomane » passe quatre étapes de la maladie:
1) l’obsession similaire à l’état de trans, par les pensées sexuelles qui exigent une stimulation appropriée permanente;
2) l’invention des rites érotiques préalables aux actions sexuelles qui renforcent l’excitation sexuelle;
3) la formation d’une obsession psychique constante de ces rites, la perte du contrôle;
4) le désespoir et la dépression qui succèdent.

Les raisons de la maladie

Selon les données préalables, la « sexomanie » peut se définir par la structure du cerveau. Pour confirmer ou démentir cette supposition un travail d’études d’envergure est mené.
Plus tôt l’obsession du sexe a été expliquée par l’enfance malheureuse. Comme d’habitude, les familles de ces gens ont ignoré complètement le mot « sexe », la manifestation des émotions et de la tendresse envers l’un l’autre. Alors ces enfants malheureux, privés de cela, des familles « décentes », quittent le milieu familial, et se laissent aller..
Aussi c’est Internet qui est accusé de contribuer à cette passion maladive envers le sexe.

Traitement

Les sexologues affirment qu’un grand pas concernant cette habitude nuisible – c’est la reconnaissance par le malade du fait d’être sexomane car pour se soigner il faut s’adresser au spécialiste.

Parfois dans le traitement de sexomanie sont utilisés les médicaments étouffant le désir sexuel mais les médecins considèrent limité leur effet surtout dans le cas de sexomanie-internet. Là il nefaut pas visiter les sites porno et visionner les vidéos pour adultes.

En tout cas, si tu ressens un désir brusque envers le sexe opposé, il ne faut pas paniquer et et courir chez le médecin – essaie d’assouvir ta passion de manière naturelle et mesurée.
Si après les rapports sexuels heureux tu as le désir sexuel double, ton chemin doit aller vers le docteur.
Certains psychologues estiment que le problème est exagéré et que le seul soucis de « sexomanes » c’est le libertinage élementaire.

Alors si tu retrouves les symptômes chez toi, tu dois trouver un bon partenaire et apprécier la vie.

Related Posts

Laisser un commentaire

(*) Required, Your email will not be published