Les gènes qui rendent les femmes infidèles

Les gènes qui rendent les femmes infidèlesSi la femme trompe son mari – il ne faut pas l’en accuser. Ce sont ses gènes qui en sont responsable. D’après les dernières recherches des savants américains, les femmes présentant une concentration élevée de l’hormone sexuel féminine estriol trompent leurs époux plus souvent.

Néanmoins, les femmes ne sont pas des êtres aussi primitifs qui dépendent uniquement des processus chimiques, même très importants. Leur conduite sexuelle dépend encore de la physiologie.

Les femmes à la concentration élevée d’estriol sont plus attirantes et ont plus de relations stables avec le même partenaire que les femmes présentant une faible concentration de cet hormone sexuel. Cette information a été publiée par le psychologue Christine M. Durante dans le magazine britannique « Biology Letters ».

Les spécialistes de l’université du Texas à Austin (University of Texas at Austin) ont mesuré la concentration d’estriol chez 52 femmes. La fécondité de la femme dépend également de cet estrogène important. Le coefficient le plus élevé de l’hormone est marqué lors de la période d’ovulation et au milieu de la deuxième moitié du cycle. Les tests de la salive faits pendant cette période indiquent que les femmes au coefficient élevé d’estriol se croient plus attirantes et attirent plus l’intérêt des hommes. De plus, ces femmes sont plus réceptives envers les autres hommes. La quantité de femmes à la concentration d’estriol élevée, qui n’avaient pas de partenaires, n’augmentait pas.

Selon Christine M. Durante, la conduite sexuelle de la femme dépend plus de la physiologie qu’on l’estimait auparavant. Lors de l’ovulation les femmes attirent plus les hommes, puisque cela montre leur capacité de fécondation.

Related Posts

Laisser un commentaire

(*) Required, Your email will not be published